Michel Combot
Environnement

5G : trois questions à Michel Combot

Publié par La Revue des territoires dans l’édition n° 2212 du Journal des communes.

Michel Combot est directeur général de la Fédération française des télécoms (FFTélécoms), qui réunit les opérateurs de communications électroniques.

Quelles seront les applications 5G les plus utiles du point de vue des collectivités ?

Plusieurs applications seront utiles pour les collectivités, certaines sont déjà connues et d’autres pas encore car elles vont se développer avec l’industrie 4.0. Je pense à la gestion de l’éclairage public, des déchets, aux flux de circulation, à l’optimisation des réseaux de transport, à l’amélioration des dispositifs de sécurité et de cybersécurité. Des usages concrets, qui permettront aux collectivités de gagner en efficacité, en économie d’énergie aussi. La 5G est cinq fois plus efficace que la 4G au démarrage, et sera dix fois plus efficace dans cinq ans.

La 5G va-t-elle favoriser l’essor de « villes intelligentes » ?

L’avènement des « smart territoires », ou « villes intelligentes », implique comme préalable une densification des réseaux, en particulier à travers la poursuite du plan France Très Haut Débit (THD). La 5G, quant à elle, permettra de regrouper l’ensemble des opportunités qui rendent les « territoires intelligents » possibles. Les territoires intelligents permettront ainsi d’accélérer la connectivité partout en France avec des réseaux efficients et accessibles à tous. Dans une économie globalisée, qui se nourrit du progrès technique pour se développer, favoriser l’égalité territoriale par une meilleure connectivité est essentiel pour renforcer l’excellence française en matière économique et sociale. Développer des initiatives concrètes de « smart territoires », qui améliorent la qualité des services et la vie quotidienne des habitants, est primordial pour instituer un mode de vie citoyen plus durable.

La mise en œuvre d’une telle dynamique suppose une véritable coopération entre toutes les parties prenantes (industriels, associations de collectivités, État), afin d’en faire émerger une vision commune du territoire intelligent. L’État peut jouer un rôle incitatif majeur en mettant en place un cadre technologiquement neutre, en organisant la cohérence entre les différents programmes, en soutenant la mise en œuvre d’écosystèmes viables, en fixant en amont les conditions régaliennes de mise en œuvre de la technologie (security by design, identité numérique) et en accompagnant, avec un véhicule financier ad hoc, le développement de plateformes « smart territoires ».

Doit-on s’attendre à un « boom » des objets connectés dans les années à venir ?

Oui, nous pouvons nous attendre à une montée en puissance des objets connectés avec la 5G si l’ensemble de la chaîne de l’écosystème numérique se saisit de ces opportunités. La 5G doit permettre aux objets connectés (IoT) de communiquer et de transférer des données beaucoup plus rapidement qu’à l’heure actuelle. Outre l’amélioration de la rapidité, les réseaux 5G seront plus fiables, permettant des connexions plus stables. Dans l’industrie, nous verrons par exemple la numérisation des outils de production, avec un objectif d’amélioration des processus de fabrication, de suivi des produits – la 5G devient un facteur clé propice à l’avènement de l’industrie 4.0.

Articles similaires

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *